Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:24
Une histoire... à dormir debout (suite 1)

 

L'HISTOIRE DES CERISES

 

Même si elle était souvent "absente", perdue dans ses pensées d'enfants,
Il n'avait pas fallu longtemps à la ''petite'' pour rencontrer les autres enfants du voisinage; elle avait aussi besoin de communiquer …
On se doutait que plus tard, elle serait une grande bavarde,
doublée d'un vrai paradoxe.(sourire)
Marraine, par soucis d'économie, avait un beau potager qu'elle entretenait à grand soin... il n'était pas question d'enrichir les poches de l'épicier pour tout et pour rien (comme ta mère, disait-elle en suspend ) fallait faire pousser tout ce qui pouvait faire nos repas … et surtout la soupe!
Parce que la soupe(aliment principal de cette maison) --c'est sain et
ça fait grandir ! Point! Tout est dit....Mange!

Mais pour améliorer l'ordinaire, il y avait aussi des fraisiers, framboises et cassis, des arbres fruitiers et surtout un gigantesque cerisier, objet de toutes les convoitises, autant celles des oiseaux, que celles des enfants!

La petite était avertie que jamais elle ne devait venir piétiner les plates bandes...ni monter dans les arbres et qu'elle devait tenir au loin les petits garnements des voisins.
Oui, mais...
La marraine partie à son travail, la petite (moins de cinq ans) sonna le rassemblement des gamins,(dont certains avaient le double de son age)
Depuis quelques jours, ils préparaient le ''casse du siècle''...
C'était devenu leur jeu préféré: en grand secret et chuchotements, les plus grands exposaient le plan aux plus jeunes... Un vrai complot ''de gourmands'' !
Le jour J arriva...

C'est dans un brouhaha joyeux, que les enfants entreprirent l'escalade
du géant, sans peur de tomber et sans se soucier des branches qu'ils cassaient...
Bien moins discrets que les étourneaux-voleurs, leur méfait ne passerait pas inaperçu; le sol du potager fut bientôt jonché de feuilles martyrisées.

Comme des épouvantails coincés dans la ramure, les enfants riaient et se goinfraient au risque d'en être malades, de ces superbes cerises sucrées à souhait, qui teintaient largement leurs doigts et leurs mines réjouies!

Pas la peine de chercher longtemps les coupables...les preuves accablantes étaient évidentes...

Bien sur, lorsque la marraine rentra, et que comme tous les soirs , elle remplit son arrosoir au puits pour abreuver ses plantations, sa première vision d'horreur fut les pauvres fraisiers complètement piétinés par des petites pointures...puis les amas de feuilles et petites branches sous le cerisier .

Comme une furie, elle attrapa le bras de la petite et la conduisit, sans ménagement, sur le ''lieu du crime'' .

Mais la cabocharde trouva le moyen de nier!!!


C'est ainsi que pour la première et dernière fois (je crois) la petite reçut
une cinglée de coups de martinet qui l'on faite pleurer pendant des heures...
et qu'alors, pour la première fois, elle réclama sa maman...

..............................

 

Plus tard , cette histoire s'invitait à tous les repas de famille... faisant beaucoup rire et où Marraine expliquait que le pire n'était pas les dégâts occasionnés, mais que c'était surtout le fait que la petite avait tenu tête (ah ça ! fallait pas, avec Marraine)
et qu'en plus, elle avait menti, avec l'aplomb d'un ''arracheur de dents''.

Et on riait encore davantage....en comprenant, pourquoi depuis des années, la "petite" portait le surnom de CERISE...

 

 

A suivre... pour une prochaine histoire

 

Bientôt bientôt... patience les gourmands...

Bientôt bientôt... patience les gourmands...

Aparté:

'''''Nous étions a une époque où l'éducation comptait aussi des punitions et quelques sévices corporels légers comme les fessées, ou le martinet, objet qui trônait dans toutes les familles, et qui avait pour but de faire retenir la leçon...

(même aujourd'hui, je ne prends pas parti pour le bien fondé de la chose, mais je pense que parfois, et sur certains, le geste appuyant la parole, n'est pas forcément un délit!
En tout cas, ce n'était pas un manque d'amour et encore moins un désir de maltraitance.
Alors entre ça et le laxisme d'aujourd'hui ? Je ne sais pas ce qui est le pire (?!)
Comme toujours, je crois au juste milieu...'''''

Partager cet article

Repost 0
Published by passion - dans textes
commenter cet article

commentaires

Marie 10/04/2017 19:19

Bien jolie fin de l’histoire.

J’ai aussi une histoire de cerise. Quand j’allais les cueillir dans le jardin de mon grand-père, il me disait toujours : Et je veux t’entendre siffler, tu comprends ?

Je ne comprenais pas mais j’essayais néanmoins de siffler… J’ai saisi l’astuce beaucoup plus tard.

Et moi aussi on m’a appelé Cerise mais pas pour les mêmes raisons (c’est un secret…).

Tendres bises

passion 19/04/2017 08:21

O.K pour le secret... mais c'est un joli nom, tu ne trouves pas?????
Bisous Marie

Angedra 05/04/2017 19:24

Jolie histoire bien racontée. Pas de jugement sur le martinet ou la fessée, simplement dans ma famille cela n'a jamais existé… on comprendra donc que je ne vais pas dans le sens des fessées.
Nous étions 5 enfants avec souvent des disputes, bêtises, etc mais pas de martinet, ni claques, ni fessées.
Ce n'est pas pour cela que je juge le contraire comme maltraitance, tant que cela reste exceptionnel !
Belle semaine et à lire de nouvelles histoires…

passion 19/04/2017 08:19

Chacun de nous a une histoire, et elle contient des bribes de notre "éducation"
Rien n'est anodin ...plus tard, notre vie s'en trouve certainement conditionnée par certains cotés...Moi, je n'ai pas à me plaindre et comme tu le dis, il faut pour que ça soit juste, que ça reste très exceptionnel ....
Bises et bonne journée

Simone 04/04/2017 19:02

Une seule fois le martinet Giny !!! Mes parents en ont eu plusieurs, car je les cachais.........chez une voisine complice. Une fois il y en a un qui est resté caché 3 ans. Comme quoi, tout finit quand même par se découvrir. Le martinet était à usage de ma mère; pour mon père, le regard suffisait.J' ai eu de sa part une seule et unique gifle, mais j' y pense encore.

passion 05/04/2017 07:05

Chez nous pareil... les martinet cachés... et le regard du père!!!

Simone 04/04/2017 18:58

Délicieuse histoire à tous points de vue. Déjà, grimper aux arbres c' est chouette (je le ferais bien encore), mais en plus dans un cerisier !!!!! moi c' était dans les chênes, et les glands c' est moins bon !
Bon, alors la suite please
Bisous

passion 05/04/2017 07:04

Monter aux arbres était notre jeu favori quand on était enfants, mes frères et moi... Les chênes et surtout un immense châtaignier ont donné des frisons à notre mère.....
Les glands? berk!
Bises. Ne soit pas trop pressée pour la suite... je mets l'histoire en pause , faute de temps...

Giny 04/04/2017 17:42

J'imagine si bien petite Cerise avec sa bande de copains, se régalant de ces bons fruits juteux ! Difficile d'échapper à la punition ! Chez moi aussi il y avait un martinet ........ vieux ! je pense qu'il avait déjà fait plusieurs générations ! Je n'y ai goûté qu'une seule fois, j'avais certainement fait une grosse bêtise, je ne m'en rappelle pas, mais il trônait sur le haut du buffet de cuisine et quand j'allais un peu trop loin, on me le montrait en me mettant en garde. De la maltraitance, non, mais au moins on savait les limites à ne pas dépasser ..........
Bisous et à bientôt pour la suite de l'histoire (les dentelières sont sur mon blog)

passion 04/04/2017 18:43

C'est vrai que chez nous aussi, le martinet était vieux... enfin le premier
Car chez mes parents , autant il y en a eu, autant ils disparaissaient... Quand Papa a démonté la "lapinières" trois exemplaires ont été retrouvés sous les tuiles des toits !!!
Bon je cours voir tes dentellières
Bonne soirée

Nadine 04/04/2017 14:24

Ah la petite coquine,elle a bien profité et les amis aussi,elle a un sacré caractère "Cerise",que va t il arriver ? vite la suite.
Bisous,Nadine.

passion 04/04/2017 18:37

Cerise était un petite espiègle mais à l'époque , pas gourmande du tout... exception faite des cerises... et ça n'a pas changé! Heu... pour les cerises... par contre, la gourmandise est venue avec le grand age!!!
La suite n'est pas encore écrite... Mais ce n'est pas grave puisque ce sont des petites histoires qui s'ajoutent les unes aux autres
Entre temps, il y aura sans doute un tour de jardin (qui va avoir ma peau) et un tour à table avec les Toquées jeudi
Voilà ! mais toujours de gros bisous pour toi

chaourcinette 04/04/2017 13:31

ça m'a fait rire cette histoire de cerises !! je replonge encore dans mes souvenirs, mais moi, c'était dans les jardins potager des voisins que j'allais picorer !! les premiers petits pois, touts doux , sucrés, les fraises, les framboises...j'attendais le soir, et je filais en expédition ! seule, je faisais moins de dégâts !! je laissais juste les cosses de petits pois par terre, et les voisins savaient que quelqu'un se goinfrait à leur insu !! lol
Il y avait un prunier avec des prunes énormes , je réussissais à monter dans l'arbre et pourtant c'est pas simple les branches de pruniers !! suis tombée et me suis foulée le bras....quand je suis rentrée en pleurant, mon père a enquêté et j'ai pris la fessée de ma vie !
j'y suis plus retournée au prunier! lol mais j'ai continué avec les autres fruits !! on manquait de sucre à l'époque, la vie était difficile et les friandises étaient considérées comme du luxe !!
mais c'était une belle époque où on vivait plein d'aventures magiques....à présent, ils ont le nez dans leur tel....et ils ne savent pas que piller le jardin des autres était délicieux !!
la suite......Merci !! bises

passion 04/04/2017 18:27

ce n'est pas triste en effet...Si j'étais allée dans un autre jardin que celui de Marraine, je crois qu'en plus du martinet, j'aurai été sévèrement punie!!! car elle ne rigolait pas avec l'honnêteté et le respect! mais il m'est quand même arrivée , mais beaucoup plus grande, d'aller chaparder dans les champs d'à coté où dans les fruitiers qui poussaient alors dans les vignes... le problème , c'est qu'on montait sur les fils de la vigne au grand dam du vigneron...
Nous aussi, avec mes frères (ado) on a fait des expéditions nocturnes... qu'est-ce qu'on était heureux!!!des chapardages sans valeur autre que de combler notre malice! rien à voir avec ce qui se passe aujourd'hui... La violence s’arrêtait à :" t'as voir ta gueule à la récré"...
J'ai du prendre deux ou trois fessées dans ma petite enfance, et tu vois mes fesses n'en souffrent pas!!!
Allez VIVE l'aventure , Chaourcinette

pimprenelle 04/04/2017 09:51

Tiens, je me serais bien vu faire un truc pareil ! hum ... nous en avons fait d'autres !
Comme toi, je me dis que la fessée n'était pas "le grand mal". Je ne mets pas cela dans les cas de maltraitance. Là, je risque de me faire mal voir, mais bon. Comme me l'a dit une fois ma belle-fille : c'était tellement difficile que c'est parti tout seul. Je crois qu'en plus, le parent qui a eu la main leste se sent tellement mal après ...
J'aime beaucoup ton récit.
Bonne journée Passion

passion 04/04/2017 10:10

Bonjour et merci Pimprenelle

C'est sur que certains de mes écrits peuvent "me faire mal voir" mais je ne cherche pas la célébrité lorsque j'écris le fond de mes pensées!
Il y a la "claque réflexe" qui est reçue comme une offense cinglante mais l'enfant devenu grand, s'en souvient pas ou peu... et puis il y a aussi le manque d'attention, d'importance, de priorité, d'écoute....ou pire d'amour, de gestes de tendresse, de câlins et du bisou de soir...... et là, ça marque, on s'en souvient !!!
Rien n'est facile dans le métier de parent. comme en cuisine, le bon assaisonnement donne le meilleur ...le bons sens et le juste milieu m'ont guidée ... mais comme tous les parents , j'ai surement fait aussi des erreurs?! le principal c'est que Fifille ne m'en veut pas trop....
Bises Pimprenelle

Profil

  • passion
  • un blog pour discuter du tout et de rien, des instants de vie, insignifiants pour presque tout le monde, sauf pour vous et moi.....
la vie de tous les jours, les yeux grands ouverts!
  • un blog pour discuter du tout et de rien, des instants de vie, insignifiants pour presque tout le monde, sauf pour vous et moi..... la vie de tous les jours, les yeux grands ouverts!