Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 08:23
Thomas (sweat bleu ciel) lors de son vernissage  à la maison du pays.

Thomas (sweat bleu ciel) lors de son vernissage à la maison du pays.

 Thomas exposait dans un petit village du Libournais

Il avait su appâter par une annonce qui lui ressemble bien... 

Lisez bien ses mots...c'est son identité ! Regardez bien; Outre le dessin de son affiche, notez: Concert de JAZ de 19 H à 19 h 02.....?

Lisez bien ses mots...c'est son identité ! Regardez bien; Outre le dessin de son affiche, notez: Concert de JAZ de 19 H à 19 h 02.....?

Fautes d'imprimeur ou blague de l'artiste?

En fait...

Pour les moins de...xxx... et d'un temps qu'ils ne peuvent pas connaître...

JAZ 

c'est la belle histoire d'une entreprise Française
qui a programmé bien des réveils difficiles de notre jeunesse (rire)

 

Vous ne dormez pas? 
Alors prenez le temps d'en lire l'aventure, sur le lien ci dessous.

 

Alors, deux minutes de concert de JAZ.... ça peut suffire!!!!!!!!!!
Alors, deux minutes de concert de JAZ.... ça peut suffire!!!!!!!!!!

Alors, deux minutes de concert de JAZ.... ça peut suffire!!!!!!!!!!

Faut dire aussi que Thomas est collectionneur de beaucoup de choses,
 que ces oeuvres sont originales et particulières,
bien qu'ayant toutes un sens commun..
Que son art, son métier, ses passions, ses loisirs ,
tout chez lui, reflète son amour de la vie et de l'humain.

Sa vie ? 

Je n'ai pas la prétention de la connaitre -et encore moins de vous la raconter- 
bien que la mienne soit jalonnée de sa présence...
puisqu'il a été ''L'INSTIT" de ma Fifille, aux premières années de sa scolarité.
Nous sommes restés en contact, toujours..
Et les rencontres, rares mais précieuses, avec Fifille, sont toujours un bonheur.


 

Quelques unes de ses œuvres exposées là... un style unique, qui n'appartient qu'à lui mais qui parlent à beaucoup. Assez d'habitants dans ses toiles-villages, pour n'oublier personne... chacun se cherche... et se trouve!!!
Quelques unes de ses œuvres exposées là... un style unique, qui n'appartient qu'à lui mais qui parlent à beaucoup. Assez d'habitants dans ses toiles-villages, pour n'oublier personne... chacun se cherche... et se trouve!!!
Quelques unes de ses œuvres exposées là... un style unique, qui n'appartient qu'à lui mais qui parlent à beaucoup. Assez d'habitants dans ses toiles-villages, pour n'oublier personne... chacun se cherche... et se trouve!!!
Quelques unes de ses œuvres exposées là... un style unique, qui n'appartient qu'à lui mais qui parlent à beaucoup. Assez d'habitants dans ses toiles-villages, pour n'oublier personne... chacun se cherche... et se trouve!!!
Quelques unes de ses œuvres exposées là... un style unique, qui n'appartient qu'à lui mais qui parlent à beaucoup. Assez d'habitants dans ses toiles-villages, pour n'oublier personne... chacun se cherche... et se trouve!!!

Quelques unes de ses œuvres exposées là... un style unique, qui n'appartient qu'à lui mais qui parlent à beaucoup. Assez d'habitants dans ses toiles-villages, pour n'oublier personne... chacun se cherche... et se trouve!!!

ça??? c'est moi, forcément!!!!

ça??? c'est moi, forcément!!!!

Et ça??????????????, c'est vraiment lui, moi, vous aussi, peut-être...?

Et ça??????????????, c'est vraiment lui, moi, vous aussi, peut-être...?

Cette douce folie qui fait de nous, des humains, heureux de la vie,
du crayon qui peint ou de la plume qui écrit...
du pas qui avance sans oublier le pas de l'arrière temps
de son chemin choisi sans chercher l'itinéraire
prendre ce qui vient du passé pour construire son présent


et de sa propre voix
"inventer son propre patois / peindre sans foi ni loi"

....................

C'est tout ça, Thomas!!!


PS: Il sera, si tout va bien, à la poudrière (citadelle de Blaye) pour
une période de juillet et il y assurera la permanence,
il sera heureux de vous rencontrer si vous passez dans le coin .


Repost 0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 14:59
Retrouvez Sabine sur :  http://chemin-je-t-aime.fr

Retrouvez Sabine sur : http://chemin-je-t-aime.fr

 

Non,non... pas de fautes d'orthographe dans ce titre.


Le temps ? 

Il est inscrit sur ses murs,
sur une tresse au travers de son front,
et aujourd'hui,
sur son gâteau d'anniversaire.

 

Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....

Le "tant" ici, n'est autre que le plus...

Celui qu'elle donne, celui qui jaillit de son regard,
celui qui transpire des images qu'elle imprime sur des notes de musique.

Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....

Et ce tant, elle l'associe au temps pour en faire un cadeau...
qu'elle dépose au creux d'un livre,
Pour nous, pour vous, pour moi... 

Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....
Sabine, au fil du tant....

Merci Sabine,
 pour notre belle rencontre, sortie de derrière nos écrans,
pour partager ta mémorable journée.

 

Sabine, au fil du tant....

J'ai posé ton livre devant la lumière des flammes de l'âtre
et aussitôt sont apparus ....
des guitares, des chants, des fleurs et des cheveux longs.... 

 

Que le temps t'apporte toujours du tant, au tant, long tant.

Repost 0
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 08:00

Quelquefois j'me réveille la nuit 
Et j'écoute la vie qui s'égoutte 
Sur le toit la pluie tambourine 

La complainte des rêves qu'on esquinte 

Et j'entends les cancans
Et les coups de poings des tintouins
Le fracas des tracas
Et ça lutte et ça s'dispute
Quel tintamarre au ciel de la nuit...

Et je m'envole
Vers le jardin de mes soucis
Je me console
Je suis chez moi, je suis d'ici
Je vire, je vole
Ce sont mes chardons, mes orties
Mes herbes folles
Mes ronces et toute ma pharmacie

Je traverse
Les massifs de tarabuste
Les averses
La forêt des idées noires
Jusqu'à ce banc là où tu m'attends...

Mais quelquefois j'me réveille la nuit
Et j'écoute ces pas sur la route
J'ai si froid, si t'étais parti
Labyrinthe des rêves qu'on éreinte

Et j'entends les contretemps
Les anicroches et tout ce qui cloche
Et le train des chagrins
Tous les drames et les chicanes
Toute la bile noire au ciel de la ville...

Et je m'envole
Vers le jardin de mes soucis
Ma camisole
Mon bel amour, mon éclaircie
Je vire, je vole
Parmi les chardons, les orties
Les herbes folles
Les ronces et toute ma pharmacie

Les salades
Du chiendent qui s'fait les dents
Barricades
Ça s'chamaille dans les charmilles
Mais t'es là bien tranquile sur ton banc...
Mon tendre amour, mon cher soucis

Ma belle misère
Mon lac de mélancolie
Fleur de cerf
Ma pleine lune, mon éboulis
Mes p'tites îles
Mon cœur, ma vénéneuse...

Mon tendre amour, mon cher soucis...

Dans le jardin
Dans le jardin de mes soucis...
 
 
Maurane
Repost 0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 13:48
Il Faut Que Tu RespiresApproche-toi petit, écoute-moi gamin 
Je vais te raconter l'histoire de l'être humain
Au début y'avait rien au début c'était bien 
La nature avançait y'avait pas de chemin 
Puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers 
Des coups de pied dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à sens unique il s'est mis à tracer
Des fleches dans la plaine se sont multipliés
Et tous les événements se sont vus maitriser
En deux temps trois mouvements l'histoire était pliée
C'est pas demain la veille qu'on fera marche arrière
On a même commencé à polluer les déserts

Il faut que tu respires
Et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire
Et c'est pas rien de le dire

D'ici quelques années on aura bouffé la feuille
Et tes petits enfants ils n'auront plus qu'un oeil
En plein milieu du front ils te demanderont
Pourquoi toi t'en as deux et tu passeras pour un con
Ils te diront comment t'as pu laisser faire ça
T'auras beau te defendre leur expliquer tout bas
C'est pas ma faute à moi c'est la faute aux anciens
Mais y'auraplus personne pour te laver les mains
Tu leur raconteras l'époque où tu pouvais
Manger des fruits dans l'herbe allongé dans les prés
Y'avait des animaux partout dans la forêt
Au début du printemps les oiseaux revenaient

Il faut que tu respires
Et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire
Et c'est pas rien de le dire
Il faut que tu respires
C'est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire
Et c'est pas rien de le dire

Le pire dans cette histoire c'est qu'on est des esclaves
Quelque part assassin ici bien incapable
De regarder les arbres sans se sentir coupable
A moitié défroqué cent pour cent misérable
Alors voilà petit l'histoire de l'être humain
C'est pas joli joli et j'connais pas la fin
T'es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou
Qu'on remplit tous les jours comme une fosse à purin
Il faut que tu respires
Et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire
Et c'est pas rien de le dire
Il faut que tu respires
C'est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire
Et ça c'est rien de le dire
Il faut que tu respires
Il faut que tu respires
 
 
 

Lyrics powered by LyricFind

 

Pour une fois, un texte qui n'est pas de moi, mais ....

C'est dans ma voiture, coincée dans un embouteillage, que j'ai pu l'écouter .

 

Malgré l'avenir qui s'annonce gris ou noir,
continuez à respirer aussi profond que possible dans un air encore respirable,
celui de nos campagnes, aux relents printaniers...

Je parle encore aujourd'hui, à qui veut bien entendre,
des pommes dans les près et des animaux dans la forêt...

Soyez conscients et responsables,
sans pour autant se rendre coupables  de tout et n'importe quoi!!!

Cultivez la joie et sachez qu'on ne meurt pas de rire

!!!

 

Image Google / merci à Mandyléo

Image Google / merci à Mandyléo

Hélas, encore une fois, l'histoire nous rattrappe

Les attentats de Bruxelles aujourd'hui,
viennent mettre en doute la puissance de la joie et du rire.

Certains humains nous fusillent par l'horreur dont ils sont capables, 
et d
'autres ne savent pas combien ils blessent.......

 

 

 

 

Repost 0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 19:11
Les souvenirs...

Un film....

Je ne vais pas souvent au cinéma, pourtant j'aime bien...
quand j'étais ado, c'était ma sortie "autorisée"!!!

Depuis c'était avec ma fille, ado  ou jeune fille, qui proposait à sa maman de voir un film
qui lui tenait à coeur.... (souvent un film d'animation japonais,)
d'ailleurs c'est avec émotion, que j'ai revu il y a peu, à la télé,
"le voyage de Chihiro" que nous avions vu ensemble....

et oui... encore des souvenirs!!!

Mais là, c'est un film qui porte ce titre...
film  de Jean Paul Rouve avec Annie Cordy, superbe vieille dame ....
Mattieu Spinosi, adorable neveu plein d'attention pour elle
et Michel Blanc, le fils qui pense faire au mieux en pensant à sa place!!!

sans parler de Chantal Lauby, qui dans ce rôle "détaché"
me fait un peu penser à beaucoup de femmes  d'aujourd'hui....

 vous qui me connaissez un peu, 
vous savez que souvent je m'installe dans les
 mots et les maux,
et c'est sans doute pourquoi je me suis sentie si bien dans mon fauteuil

et puis, vous qui me suivez depuis longtemps
vous connaissez mes angoisses et les départs qui m'ont touchés...

Alors oui, ce film m'a parlé... et je l'entends encore....

 

 

 

 

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 06:39
La vie en mieux...

YANN....

" Je regardais, j'observais, je posais des questions et j'apprenais. 
Le curieux, le documentaliste, ce bon à rien de dilettante, s'en fourrait jusque-là."

..............les poissons rouges décolorés, les renoncules fatiguées, la finesse du verre dans lequel je buvais, les chaises Napoléon -III, la grande table sauvée du réfectoire
d'un pensionnat anglais, son plateau de bois sombre, presque noir, poli par deux siècles de roulements d'assiettes et de chahuts orchestrés au tam-tam, des couverts en étain - tout du long et tout autour, un chapelet de petits creux en témoignait -, les fillettes juchées sur des piles de catalogues Arcurial, les chandeliers comme des saules pleureurs, larmoyant leurs coulures de cire isabelle, la suspension de Poul Henningsen,
sa patine tellement chic et sa feuille (écaille ?) brisée, la liste des courses,
les toiles désencadrées, les petits maîtres oubliés, la brioche complètement ratée
d'un Chardin complètement raté et tous ces paysages abandonnés, oubliés,
perdus dans une succession, remontés d'un lot, sauvés par Isaac et rendus à la lumière.
     Des dessins plus récents, des gravures, des pastels très beaux, et ceux des enfants, aimantés sur la porte du réfrigérateur : une lune qui bronze, des coeurs en forme de ronds et des princesses aux bras démesurés.
    
Des Photomaton qui n'avaient pas été agréés par le ministère de l'Intérieur.
Des Photomaton sans personne dessus, ou alors un bout d'oreille de doudou,
en bas à droite, peut-être...
Les circulaires de l'école, les jours de piscine et le grand retour des poux.
Les théïères, les bols anciens, les boites à thé. La fonte, le grès, l'osier et le bois tourné. La laque et le petit fouet en bambou. L
a passion d'Alice pour la céramique.  Le raku,
la cendre, les céladons, les bleus de cuivre, la porcelaine et les terres enfumées

........La pendule arrêtée, les crânes d'oiseaux déposés sur une étagère,
entre le paquet de Chocapic et des pots de confiture, la reproduction d'une photo
de Jacques- Henri Lartigue, cette demoiselle qui, il y a cent ans tout juste,
se cassait la figure et découvrait ses jupons en riant. Les annonces d'expositions,
les invitations à des vernissages et les petits mots amicaux de galéristes sachant manoeuvrer. <<Forcement, tout l'argent qu'Isaac gagne en refourguant ses vieilleries,
je le redonne à des artistes vivants!>> La natte de gousses d'ail rose, le piment d'Espelette, les coings ventrus, la grenade momifiée, le gingembre confit
dans le tastevin en argent, la collection de poivres, le poivre long, le kampot rouge,
le muntok blanc, la brassée de menthe fraîche, le bouquet de coriandre, la broussaille
de thym, et les cuillères en bois.
     
L'écuelle du chat, ses croquettes en forme de poissons et sa queue qui serpentait entre mes chevilles, la poubelle qui débordait, les torchons propres, les torchons sales, les livres de cuisine, les recettes d'Olivier Roellinger et de Mapie de Toulouse-Lautrec, l'ordonnance d'une diététitienne oubliée entre La bible de la tripe et des abats et
Le dictionnaire des noms de cépages en France,  la musique en sourdine, 
le reggae des Caraïbes, le panier rempli d'amandes, les amandes qu'Isaac cassait
pour nous et nous offrait à tour de rôle, le goût de ce vin blanc frais et fruité après que l'on avait croqué deux ou trois 
amandes, l'odeur des clémentines, leurs ressources,
les petites bougies de fortune dont on héritait si l'on avait su les dépiauter correctement, le filet d'huile d'olive que l'on y déversait et les lumières qu'on venait d'éteindre pour admirer le tremblant des lumignons.
   
 Le grenu de leur bel orange en transparence, le fumet de ce qui était en train de mijoter, l'odeur de cardamone, de clous de girogle, de miel et de sauce soja en train
de compoter dans des sucs de viande, et celle de camomille quand on se penchait
au-dessus des chevelures des petites filles pour rallumer une bougie boudeuse...."

    

                                                                    Pages 202 à 205 du roman de Anna Gavalda
                                                                            La vie en mieux

 

 

 

 

 

La vie en mieux...

Envie de lire??? Pourquoi je vous copie ces lignes???

Parce que j'aime lire cet auteur,
mais surtout pour vous faire ressentir cette faculté extraordinaire qu'elle a ,
pour mettre en évidence une ambiance qui m'est chère, pour faire parler un regard qui retient, dans ce qui pourrait être un souk bordélique, tout le vivant du moment!!!
 Elle vous entraîne dans la vie généreuse et heureuse des gens qui connaissent l'importance des détails dans ce qui est essentiel pour attirer le bonheur!!!
je me suis retrouvée au milieu de la pièce... j'ai goûté, senti, regardé, admiré, bu, ....partagé !!!

J'étais bien dans vos pages.... Merci Anna....

La vie en mieux...
Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 19:00

divers-cuisine-et-livre-cailloux-052.JPG

Il était une fois plein de "petits noms" qui s'étaient rencontrés dans les pages d'un livre...

Des "petits noms" sortis d'un imaginaire délirant de bonté... forgé pour sortir des misères
que certains infligent à d'autres, parce qu'ils sont incapables d'aimer...

Des "petits noms", inventés pour vivre, avec une solitude peuplée d'une multitude d'étoiles bavardes,
présentes dans les silences, dans l'oubli d'hier;
des étoiles safranées qui éclairent un chemin fleuri de rencontres elfiques pour n'être plus jamais ...
recroqueviller dans sa coquille.

Des sentiments aussi...Plein de sentiments!!!  de l'amour, de l'affection, de l'amitié...
De partout, de derrière les mots,
une  tendresse presque maternelle nous enveloppe, nous caresse, nous berce;
Comme les histoires du soir au chevet de l'enfant qui a peur de s'endormir dans le noir... 

oh! c'est juste un petit livre... X pages... une nouvelle, c'est ainsi que cela s'appelle...

<- Une nouvelle? bonne nouvelle, alors ?!->
<- Oh! comme vous y allez !!! ->
<- Bonne... bonne... je ne sais pas ->
...mais sucrée, appétissante, se voulant nourrissante, remplie d'émotions, de rêves et de poésie...
<- Ah! ça oui !!!->

Aprés, ça dépend du palais!!!
Nous avons tous des goûts différents; en matière de lectures comme de pâtisseries!!!
Certains se perdront sans doute...   pourtant, chacun s'y retrouvera un peu...
Pour bien suivre ce cheminement, il vous faudra revenir en arrière, relire quelques pages...
se souvenir des noms des personnages... nombreux, trop sans doute, pour les connaître tous...
à moins qu'il n'y en ait qu'un, construit de mille facettes....
et comme dirait l'auteure: <- à toi de voir, lecteur-> ! 

L'histoire est remplie d'un pleuple magique, dans un monde enchanté,
imaginé pour combler la moindre parcelle de vide, 
peut-être aussi pour lutter contre le flou d'un regard qui s'éteint,
pour ne plus jamais se sentir seule au milieu de rien.

<- Au milieu de "Rien"???>
<- Oui, "Rien"...
"Rien", c'est le "vilain monde" dont il fallait s'éloigner, ne jamais y revenir...pas même un instant!!!
Pourtant, sur le chemin, on a semé des cailloux ...

Une suite à cette nouvelle...? oui, parait-il...
Souhaitons que ce "vilain monde" ne la rattrappe jamais !!!

divers-cuisine-et-livre-cailloux-053.JPG

Acheter ce livre, (5 €) c'est aussi offrir 1€ à la recherche pour les maladies rétiniennes; 
(la marche à suivre ?...sur le blog de miliecoquille! adresse ci dessous)

milie-coquille-006.JPG

Allez vite rendre visite à ce joli blog... encore une belle part de rêves..... et de gateaux!!!!

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 18:48

Si vous êtes parmi les gens qui privilégient la cuisine goûteuse et généreuse,

la cuisine ensoleillée, l'Italie,  les Pâtes...

Si vous ne devez consulter qu'un seul magazine culinaire , ce mois-ci,

Je vous conseille la lecture d'une pépite:

L'excellent Hors série N°3 de MAXI-CUISINE

magazine-H.S-Maxi-cuisine-001.JPG

      Les articles s'enchaînent, hauts en couleurs, sans lasser le lecteur,
même si on y parle beaucoup des pâtes!
Tout savoir sur ce vaste sujet, et tout comprendre ?!

magazine-H.S-Maxi-cuisine-024.JPG

C'est imagé, ludique , gourmand;
les ustensiles bien ciblés, les recettes pour la fabrication des pâtes fraîches,
si bien expliquées, qu'on a envie de s'y essayer tout de suite!!!

 magazine-H.S-Maxi-cuisine-006.JPG

En commençant par une incursion dans l'histoire de la gastronomie Italienne,

magazine-H.S-Maxi-cuisine-025.JPG


on rencontre vite les charcuteries et les fromages "terroirs"
Puis on se promène des anti pasti, aux pizzas, en allant vers les risottos...
arrosés des vins de l'été, légers ou pétillants

magazine-H.S-Maxi-cuisine-036.JPG

Quels gourmands restent insensibles aux panna-cotta,
desserts de fruits au Mascarpone,  Tiramisu, et  tutti quanti ...
Et pour finir...sur le légendaire culte du café en Italie???
Tout ça sur une table originale pour un repas au jardin...

magazine H.S Maxi-cuisine 016

et trotte dans ma tête ce refrain de Nicole Croisille ...
<<Tu étais gai comme un italien, quand il sait qu'il aura de l'amour et du vin...>> 

                       magazine H.S Maxi-cuisine 019                         

      Buona lettura, buono viaggio et Buon appétito!!!

 

Repost 0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 18:33
Rien qu'une petite chanson pour des personnes qui se reconnaîtront
et 
pour toutes celles qui l'apprécieront

 

On a le droit
Quand personne ne nous voit
De pleurer en silence
De regretter son enfance
De s'laisser aller en regardant tomber la pluie

On a le droit
Quand personne ne nous croit
De sortir sa violence
Tous ces mots qu'on dit pas mais qu'on pense
De parler à Dieu, de parler à qui on veut

[Refrain]
On a tous le droit,d'aimer sa vie ou pas
De faire sa route, de faire son choix
On a tous raison de s'poser des questions
D'oser dire non
On a tous le droit, d'aimer sa vie ou pas
De faire sa route, de faire son choix
On a tous une chance, c'est pas perdu d'avance
La différence

On a le droit
Quand rien, plus rien ne va
De chercher son étoile
De jeter l'encre de son journal
De changer sa vie, de quitter l'ennui et puis

On a le droit
Et qui nous en empêche'ra
De rêver d'un monde un peu moins laid
De rêver d'un monde où l'on pourrait
Rien qu'une fois
Tous, vous et moi

Avoir tous le droit, d'aimer sa vie ou pas
De faire sa route, de faire son choix
On a tous raison de s'poser des questions
D'oser dire non
On a tous le droit, d'aimer sa vie ou pas
De faire sa route, de faire son choix
On a tous une chance, c'est pas perdu d'avance
La différence

[Refrain]x

Repost 0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 14:00

 

PAROLES SUCRER LES FRAISES

S'il y a un moment
Que je ne peux pas prévoir
La fin de la course
Ou l'heure de mon départ
Qui tiendra ma main
Qui prendra mon pouls
Qui changera l'eau des fleurs
On ferme boutique
Quand le destin s'empare
D'un air angélique
Il faut dire au revoir
La grande évasion
Même sans mes valises
Sans tambour ni fanfare

J'irai sucrer les fraises
Là-haut sur la falaise
Un jour
Mes kilos d'impatience
Trouveront l'innocence
Autour
D'un au-delà
Un jour j'irai
J'irai planter ma tente
Dans l'Éden ou chez Dante
Un jour

Rien ne pourra éviter les peines
Ni l'horloger
Ni les pleurs d'une madeleine
Le compte à rebours
Le long sablier
Le cœur du minuteur
Rien n'arrêtera l'appétit du temps
Et nous petit à petit
Nous ne serons que du vent
Partir en voyage
Pas sur l'autoroute
Trouver l'apesanteur

J'irai sucrer les fraises
Là haut sur la falaise
Un jour
Mes kilos d'impatience
Trouveront l'innocence
Autour
D'un au-delà
Un jour j'irai
J'irai planter ma tente
Dans l'Éden ou chez Dante
Un jour
Quand la coupe sera pleine
De larmes et de déveines
Autour
D'un au-delà
Un jour j'irai

 

 

Repost 0

Profil

  • passion
  • un blog pour discuter du tout et de rien, des instants de vie, insignifiants pour presque tout le monde, sauf pour vous et moi.....
la vie de tous les jours, les yeux grands ouverts!
  • un blog pour discuter du tout et de rien, des instants de vie, insignifiants pour presque tout le monde, sauf pour vous et moi..... la vie de tous les jours, les yeux grands ouverts!